Chantier de construction : Arsenal de Brest Mise sur cale : 12 juin 1927 Lancement : 20 avril 1928 Mise en service : 11 nov. 1929 (c) Jane's fighting ships - droits réservés

Caractéristiques

Dimensions : L : 185 m (pp), 194,20 m (ht) x B : 19,10 x TE : 6,35 m Déplacement : 9 938 tW, 11 290 t normal, 12 780 t pc (pleine charge) Propulsion : 9 chaudières Guyot du Temple (20 kg/cm²) – 3 turbines Rateau Bretagne, 3 hélices. Toute la machinerie est montée par A&C de Bretagne Puissance: 106 000 ch Auxiliaires : 3 diesels Renault Combustible : 1 500 t de mazout, 640 t de charbon. Protection : léger blindage autour des machines et chaudières avec 17 cloisons étanches montant jusqu'au pont supérieur. La protection comprend aussi des caissons pare-torpilles Rayon d'action : 5 300 N à 15 n ; 3 700 N à 20 n Vitesse: 31 nœuds (29 nœuds à mi-puissance) Effectif: 31 officiers et 615 officiers mariniers et marins Armement: 1939 - 4x2  203 mm + 8  90 mm AA + 8  37 mm + 12  mitrailleuses de 13,2 + 2 tubes lance torpilles triples de 550 mm + 2 catapultes et 3 hydravions 1942 - 4x2  203 mm + 8  90 mm AA + 14  37 mm + 32  mitrailleuses de 13,2 + 4 mitrailleuses de 8mm + 2 tubes lance torpilles triples de 550 mm + 2 catapultes et 2 hydravions
catapultage depuis le croiseur - (c) (Service Historique de la marine)

Historique

Croiseur lourd de 1ère classe, de la série dite des "10 000 t", dont 7 furent construits. Le Colbert est un croiseur de la classe Suffren qui comprenait quatre bâtiments, les trois autres étant les Foch, Dupleix et Suffren. Il dérive du type Tourville avec une meilleure protection qui se paye par une perte de vitesse de 2 nœuds. Ce navire aurait coûté 147 millions de francs de l'époque. Le premier rivet est posé par le ministre de la Marine Georges Leygues à l'arsenal de Brest le 12 juin[1] 1927. Le lancement a lieu le 20 mars 1928, en présence du vice-amiral Violette, chef d'état-major général. Il est armé le 15 juin 1929 pour essais, essais qui prendront fin le 15 septembre. Dès sa mis en service le 11 novembre de la même année, il rallie la Méditerranée pour être incorporé à la 1ère Division légère. En mai 1930, il est au sein de la Division Présidentielle, lors des fêtes du centenaire de la conquête de l’Algérie. Il rallie ensuite Brest avec le ministre de la Marine à son bord, et participe aux fêtes franco-canadiennes de Dieppe avant de regagner Toulon. Il appareille ensuite le 13 octobre avec le Président de la République à bord, pour Casablanca pour revenir à Toulon le 23. Le 7 septembre 1934, il embarque le ministre de la Marine à Bastia, pour Bizerte, puis revient à Saint Raphaël. Le 9 octobre, le Colbert est sur rade de Marseille, avec le ministre de la Marine à bord, pour l'arrivée du roi Alexandre de Yougoslavie qui va périr quelques heures plus tard dans un attentat. Il escortera le contre- torpilleur Dubrovnik, ramenant le corps du souverain à Split pour revenir à Toulon le 22 octobre. le croiseur vers 1928 (c) Service Historique de la Marine Il entre en grand carénage à Lorient en 1935. Il sera de retour en Méditerranée l'année suivante et appareille de Toulon le 3 septembre pour prendre part à la surveillance internationale des côtes d'Espagne et à la protection de nos nationaux. Le début de l'année 1937 va être particulièrement chargé, avec le 3 janvier un appareillage de Toulon avec le ministre de Marine, vers la Tunisie et l'Algérie, et retour le 15. Le 2 avril, nouveau départ avec le ministre de la Marine  pour Casablanca et Oran, avec retour le 15. Enfin, il participe à la croisière de l'Escadre dans l'Atlantique, puis fait escale, notamment, à Brest et Lisbonne. Du 9 au 14 juin 1938, le Colbert séjourne à Beyrouth avec l'escadre de la Méditerranée. Début 1939, il appareille avec le Foch et le Suffren, et le Président du Conseil à bord, pour la  Corse et la Tunisie. Puis c'est la mobilisation. Le Colbert est alors affecté à la 2ème division de croiseurs de la 3ème  escadre. Il appareille pour Oran le 2 septembre, puis, tout danger de conflit local semblant écarté, rejoint Toulon le 18 septembre avant de faire un carénage rapide, en octobre. Il appareille le 25 octobre avec sa division pour relever la 3ème D.C. à Bizerte jusqu'au 8 décembre. Il va alors faire escale à Beyrouth et Malte, puis Bizerte et à nouveau Malte. Le 9 janvier 1940, la 2ème D.C. est de retour à Toulon. Le 24 janvier 1940, le Colbert appareille de Dakar pour la surveillance Atlantique sud (et recherche du cuirassé de poche Admiral Scheer). Le 12 mars, il quitte Dakar, et le 15, rallie la force X au large des Canaries, commandée par l'amiral Duplat avec l'Algérie et le Foch qui avaient appareillé avec un stock d'or le 10 mars, de Toulon pour Halifax. Il repartira d'Halifax le 29 mars en escortant deux cargos et arrive le 8 avril à Dakar où il va stationner deux mois. On retrouve le Colbert les 13 et 14 juin, où il appareille de Toulon pour un raid sur la côte italienne, suivi dans la nuit par un bombardement de la région de Gênes. Il fut cité à l'ordre de l'armée de Mer, à cette occasion. Le 3 juillet enfin, il appareille avec la 3ème DC pour aller au secours des rescapés de Mers-el-Kébir. Ce sera sa dernière mission. Il entre en grand carénage le 1 août et est placé en gardiennage à Toulon, suite à l'armistice, en novembre et décembre. Au mois de janvier 1941, il est incorporé dans la 3ème escadre de croiseurs des Forces de Haute Mer. En août 1942, au cours d'une IPER[2] de trois mois, il reçoit un des premiers radars français. Le 27 novembre 1942, le Colbert, est accosté à l'appontement n°5 de Milhaud lorsqu'il est sabordé par son état-major et son équipage pour échapper aux allemands qui envahissent l'arsenal. Le feu ravagera le bord pendant 10 jours. En 1948, le bâtiment, qui est irrécupérable, est démoli sur place.  

Commandants successifs

25-3-1929 : C.V. Le Bigot 1-5-1931 : C.V. Le Luc 8-11-1932 : C.V. Michelier 26-12-1933 : C.V. Martin 5-10-1935 : C.V. Chomereau-Lamotte 10-10-1936 : C.V. Gouton 2-11-1938 : C.V. du Tour                                                                                    Le Colbert sabordé à Toulon - (c) Service Historique de la Marine 17-8-1940 : C.V. Tonnelé 30-10-1941 : C.V. de Lestrange 30-7-1942 : C.V. Kraft [1] Ou mai 1926, comme l'indique le Jane's 1942 ? [2] IPER : indisponibilité périodique pour entretien et réparation Lancement le 20 mars 1928 à Brest - extrait du libre de JF Bellec "La France des Gens de Mer"
Colbert
Le croiseur Colbert - (c) tous droits réservés 2003-2016 - contact : dossiersmarine@free.fr
Le crosieur Colbert (1928-1942)
Accueil Vie du Colbert Les Colbert Le CLM Colbert Copains d'alors Galerie photo Le croiseur-musée